Edito
Comment manager la Génération 'Y'

Existe-t-il, en entreprise, un manager qui ne se pose pas cette question aujourd'hui ?
Ces nouveaux arrivés sur le marché du travail révolutionnent les pratiques managériales à l'œuvre depuis des années. Mais qui sont-ils ?

La Génération "Y" se compose des 19/29 ans, par extension 30 ans et un peu plus. Ce sont des "Digital Natives" nés avec le 1er Macintosh et l'arrivée de l'informatique dans la société Française. Elevés au portable et au multimédia, ils pensent que tout devrait être aussi rapide qu'un "clic" de souris. Très à l'aise sur les réseaux sociaux comme Facebook, Tweeter, Google+,  Scoop It et bien d ‘autres, leur génération est souvent baptisée "Why", car ils éprouvent le besoin de comprendre les situations existantes. Ils ont besoin de donner du sens à l'action pour la réaliser efficacement, et recherchent en entreprise des postes à forte valeur ajoutée pour leur développement personnel. Ils favorisent le "savoir-être" dans les relations de travail tout autant que le "savoir-faire". Curieux, à l'aise dans le concret et le factuel, ils pensent beaucoup moins stratégies et beaucoup plus ‘'action-réaction'' que leurs ainés. Ainsi, ils réagissent très vite et directement aux demandes qui leurs sont faites pour les accepter, les discuter ou les rejeter, car ils considèrent leur manager comme un partenaire et un facilitateur de business. S'ils le jugent compétent, réactif, crédible et charismatique, lui obéir ne posera aucun problème. Le souci est que demander toutes ces qualités à chaque manager, à chaque instant et dans chaque entreprise est une gageure…
 
Leurs principaux atouts dans un monde qui change à grande vitesse est leur formidable capacité d'adaptation. Flexibles, dynamiques, rapidement concentrés sur du court terme, ils font preuve d'une autonomie élevée et se montrent souvent créatifs. Leur recherche de sincérité dans les rapports humains ainsi que leurs souhaits d'éthique sociale les amène à s'investir dans des projets humanitaires et à faire preuve d'altruisme et de responsabilité sociale. Ouverts à l'écologie, ils sont réceptifs au discours de développement durable qui se met en place en entreprise depuis quelques années.
 
Le "côté obscur de la force" de la Génération "Y" existe, c'est le rapport à l'autorité difficile, certains jugements abrupts et faiblement argumentés, la tendance à la dispersion et à la faible concentration de travail sur une tache au long cours. De même, ils peuvent traiter certains dossiers en surface car l'ennui lié à la routine vient vite. Enfin, le besoin d'écoute au quotidien est élevé, et en cas de rapport dégradé avec l'entreprise, l'absentéisme est prévisible.
 
Cette génération est donc très Influente en entreprise ! Alors comment procéder avec eux au quotidien ? Comment un manager doit il s'adapter pour faire passer les objectifs de l'entreprise auprès de ses troupes composées majoritairement de la Génération "Y" ? Les solutions existent :
Tout d'abord, il convient d'être très clair sur ce qui n'est pas négociable dans une entreprise : les objectifs nationaux, les grands axes de développement, le pouvoir hiérarchique du manager, le respect de chacun et des lois du travail en vigueur…… tout en s'appuyant sur des valeurs fortes et pérennes. Le manager peur aussi laisser sa messagerie instantanée  en mode "Live" pour permettre à ses collaborateurs "Y" de le joindre plus facilement. Il incombe aussi au manager de modérer leur impatience naturelle, et de reconnaitre leur travail : félicitations, temps d'écoute, nouveau poste, rémunération en hausse, formation, coaching, télétravail. Satisfaire leur demande de transparence est aussi utile à pratiquer chaque fois que cela est possible ; cependant il faudra bien tracer les limites de l'action : une réflexion stratégique du CODIR (Comité de Direction) est confidentielle. En ce qui concerne le recrutement, les non dits du poste sont à bannir, mieux vaut aborder les points délicats de celui-ci, comme le poids administratif, les déplacements fréquents, l'urgence du travail à assumer en fin de mois pour certains dossiers.  Un environnement de travail collaboratif sera apprécié par cette génération, de même qu'une part du travail favorisant la souplesse et l'autonomie, comme le e-learning.  Enfin, le départ d'un élément de l'entreprise n'empêche pas son retour quelques années plus tard, comme salarié ou comme consultant. D'où la création de clubs d'anciens, vivants et utiles pour l'entreprise, notamment dans le cadre des recrutements.
 
Ainsi la Génération "Y" influence fortement l'entreprise aujourd'hui, tout comme l'entreprise peut et doit influencer en retour celle-ci. Gagner du temps, gagner de l'argent, économiser sur les dépenses, et de préférence dans une ambiance favorable au développement de chacun, restent les priorités de toute entreprise. Sur le fondement de ces principes non négociables, tout reste à construire au quotidien pour favoriser un travail productif et des rapports humains apaisés entre toutes les générations de la société.
 
Emmanuel Portanéry : Conseil en management, expert auprès de la CEGOS,  est l'auteur de nombreux ouvrages : "Persuadez avec Honnêteté", "Révélez vos talents de leader", "Boostez votre Confiance en vous", "Le guide du management et du leadership", "Transformez votre colère en énergie positive". Il écrit régulièrement des articles pour  Le monde de l'intelligence, Stratégies et Management. Il est avec Arnaud de Louvencourt co-fondateur de l'Institut Européen des Techniques d'Influence  -IETI-
Phrase de la semaine

"Le paradoxe de la condition humaine, c'est qu'on ne peut devenir soi-même que sous l'influence des autres."
Gaston Bachelard

Edito du mois
Comment manager la Génération 'Y' Actualités
13/11/2018
Testez votre capacité d'influence

Cliquez ici pour tester votre capacité d'influence Événements - Séminaires

Appel à projets

  • Les conditions non financières de l'innovation compétitive
  • Etiologie et prise en charge des nouvelles formes de violences (entreprise, école, quartiers,…)
  • La Communication Formative ...au long de la vie
  • L'influence interindividuelle, du côté des neurosciences
Nous contacter